VASSULA EN ASIE
DU 6 JANVIER AU 2 FEVRIER 1998

 

  LES  PHILIPPINES   (Après le voyage au Bangladesh)

Le samedi 10 janvier, nous partions à 5h 45 pour l'aéroport de Dacca pour nous rendre à Manille via Singapour. A nouveau, ce fut Carole Chamberlain qui nous conduisit. Dans notre fatigue, nous pouvions méditer les paroles de l'Ecriture : "Tout cela, je le fais à cause de l'Evangile, afin de partager ses bénédictions" (1 Co 9.23).

 

MANILLE

Ce samedi 10 janvier 1998, notre avion décollait de Dacca à 7h 30. Après un long vol avec escale de trois heures à Singapour, nous avons débarqué à Manille à 20h. Après avoir été retardés par des problèmes de bagages, nous avons été accueillis dans les salons de l'aéroport par Mme Cécilia Lutz et d'autres infatigables organisateurs de l'association de la Vraie Vie en Dieu, puis, à 23h45, nous avons assisté à la Messe. Dès le lendemain matin, malgré le décalage horaire et une nuit trop courte, une conférence de presse avait lieu à 10h, grâce aux efforts d'organisation et aux relations avec les media d'une personne du groupe de prière local. Ainsi débutait la quatrième visite de Vassula aux Philippines.

 

Le dimanche 11 janvier 1998, dans son introduction, Vassula résuma les plus récents messages de Jésus et de Dieu le Père, qui désirent nous attirer tous dans les chambres nuptiales de Leur Coeur. Vassula a souligné l'importance de lire les messages en esprit de prière, de manière méditative, en commençant par le tome 1. De cette manière, dans la Vraie Vie en Dieu, Jésus, notre Professeur, nous éduque graduellement pour que nous puissions comprendre le langage mystique qu'Il utilise maintenant dans les plus récents messages. Cette façon de lire nous aide à entrer dans les mystères du Christ, à les comprendre avec la façon de penser du Sauveur, et à les contempler avec Sa lumière divine. Si nous le permettons à notre Seigneur, Il pourra également nous mouler et nous former à Sa ressemblance, afin que nous puissions rayonner Sa lumière dans le monde. Les journalistes, représentant la télévision nationale et les différents journaux et magazines, ont montré par leurs questions leur grand intérêt pour l'unité de l'Eglise. Vassula rappela le plus ancien désir de Jésus : comment faire l'unité. Vassula dit que seul un repentir sincère et un esprit de pardon produiront le fruit de l'amour et de l'humilité qui sont les clés de l'unité. Alors, nous serons capables de servir le dessein de Dieu pour l'unité, en unifiant les dates de Pâques, comme le désire le Christ. A partir de là, Dieu fera le reste. Ce message fut très apprécié et fut reçu avec un grand intérêt. La télévision nationale et la station de radio catholique des Philippines diffuseront cette conférence de presse. Immédiatement après, nous avons embarqué dans l'avion qui nous a conduits en deux heures de vol à Tuguegarao, ville du nord de l'île majeure de Luzon.

 

TUGUEGARAO, ILE DE LUZON

Là, ce même dimanche 11 janvier 1998, le groupe local de la Vraie Vie en Dieu avait organisé une rencontre avec leur Archevêque, Mgr Talamayan, qui a chaleureusement accueilli Vassula et lui a accordé trente minutes d'audience. Mgr Talamayan avait donné la permission d'inviter Vassula dans sa ville et ainsi, il a voulu entendre directement de sa bouche son témoignage sur l'amour de Dieu et l'action du Saint Esprit. Il a écouté avec grand intérêt, se réjouissant spécialement lorsque Vassula lui a dit que le Saint Esprit était déjà très actif. Mgr l'Archevêque Talamayan nous encouragea à rencontrer le Cardinal Sin mais, pressés par le temps, cet entretien n'a pas encore pu avoir lieu.

Le même dimanche, environ 700 personnes assistaient à la principale réunion à 17h au Baseball Hall de Tuguegarao. Le père J. présenta Vassula, puis celle-ci s'adressa à l'assistance. Avec ferveur, elle se fit l'écho de la parole de Dieu, selon le commandement du Seigneur "sois Mon écho". Elle nous rappela la vraie image du Père. Le monde s'en fait une image déformée, L'imaginant comme un juge sévère, alors que dans Ses messages, voici comment Jésus Le décrit : "Mon Père est Roi, cependant si maternel ; juge, cependant si tendre et aimant. Il est l'Alpha et l'Oméga, cependant si doux". Vassula nous demanda d'apprendre à nous fier à Lui car, ce faisant, Il est tellement content. Pour cela, nous avons besoin de L'approcher et d'apprendre à Le connaître de façon intime. Alors, nous apprendrons à L'aimer comme notre Père qui jamais ne nous brise mais nous traite gentiment selon notre capacité. Vassula poursuivit en disant que lorsque notre Père des Cieux donne un message, Il le donne toujours avec un ton d'espérance mais, comme Père, Il nous réprimande également car nous le méritons, parce que c'est pour notre salut qu'Il parle. Son témoignage d'une heure et demie fut suivi d'une Messe concélébrée par le père J. et le Père Richy, jeune prêtre philippin de Don Bosco, qui a connu une conversion à la lecture des messages de la Vraie Vie en Dieu. On peut dire que le Père Richy est vraiment un fruit de la Vraie Vie en Dieu. Il a accompagné Vassula dans toutes ses réunions aux Philippines, la soutenant de ses prières lorsqu'elle priait sur chacun individuellement. Lui aussi tomba dans le repos de l'Esprit lorsque Vassula pria sur lui. Durant le service de guérison, beaucoup tombèrent dans le repos de l'Esprit. D'autres, sans que l'on ait prié sur eux furent saisis du don de la prière en langues. La présence de Dieu était manifeste et pouvait être vue sur chaque visage, illuminé de joie, louant le Seigneur de Sa générosité. Ceux qui escortaient Vassula durent faire beaucoup d'efforts pour empêcher la foule d'écraser Vassula qui hâtait le pas pour atteindre la voiture qui l'attendait, tandis que la foule la suivait. Le lendemain matin, 12 janvier, nous prenions à nouveau l'avion pour Manille.

 

KAMUNIG QUEZON (MANILLE)

Ce lundi 12 janvier 1998, Vassula était invitée à 18h à l'église paroissiale du Sacré Coeur à Kamunig Quezon, quartier de Manille, pour donner un témoignage de 10 minutes sur la Vraie Vie en Dieu, au moment de l'homélie, durant la Messe. Sept prêtres concélébraient. Nous n'avons pas eu le temps de souper parce que la Messe était suivie immédiatement d'une conférence réservée au clergé, à la salle de paroisse. Environ 80 prêtres et religieuses de différentes congrégations écoutèrent avidement les paroles de Dieu à travers Son élue. Le père J. introduisit brièvement Vassula, préparant le terrain à son puissant témoignage d'une heure et demie. Tout d'abord, Vassula donna une image générale du Divin message, puis elle passa à l'enseignement de Jésus sur le désir du Sacré Coeur que tous Ses enfants puisent de Ses richesses et vivent dans Son Coeur. Vassula a dit que l'on doit répondre à Son invitation de faire une retraite et un pèlerinage dans Son Divin Corps, où Il restaurera et nourrira notre âme des richesses de Son Coeur, dans l'intimité, nous remplissant de Sa Paix et de Sa Joie. Les trésors que l'on trouve dans le Coeur du Sacré Coeur ont par dessus tout, nous dit Vassula, le goût de la douceur de Sa Divine présence et de Son intimité. Elle poursuivit en disant que l'Espérance que Dieu offre dans ces messages c'est le Saint Esprit, qui est déjà à l'oeuvre, renouvelant Ses sanctuaires (c'est-à-dire nos âmes) et que, par la Seconde Pentecôte — pour laquelle le Pape Jean XXIII a prié —, la face de la terre sera transformée en un nouveau ciel et une nouvelle terre, qui sont la promesse du chapitre 21 de l'Apocalypse. Ce nouveau ciel et cette nouvelle terre seront parmi nous. Nous serons la Nouvelle Jérusalem. Comme dans les réunions précédentes, Vassula conclut sa puissante présentation par un appel courageux à tous les Cardinaux, Evêques et Prêtres, pour qu'ils joignent leur voix à celle du Pape Jean-Paul II concernant l'unité. Elle a cité l'Encyclique Ut unum sint (Que tous soient un) et elle a lu la déclaration faite par le Saint Père durant la prière de l'Angélus le 11 août 1996, lorsqu'il a parlé de l'urgence de la réconciliation entre Catholiques et Orthodoxes. Il a dit : "Les choses qui nous unissent sont plus grandes que celles qui nous divisent". Vassula déclara ouvertement son désir que tous les Cardinaux, Evêques et Prêtres se joignent à la voix du Pape et se fassent son écho, unis dans cette oeuvre d'unité, plutôt que d'ignorer ou d'étouffer sa voix. Ce faisant, ils seront d'une grande aide pour le Pape, qui a besoin de leur soutien. Le clergé local fut frappé par ce message inspiré et se rassembla autour de Vassula, chacun voulant recevoir une bénédiction et obtenir une dédicace dans son livre. Après le témoignage de Vassula, l'un des prêtres, aumônier de la prison de Quezon, se leva pour adresser un mot de remerciement à Vassula, et il nous coupa le souffle en nous lisant un message de la part des prisonniers qui demandaient à Vassula de s'adresser à eux l'après-midi même. Mais cette réunion ne pouvait avoir lieu car Vassula était attendue pour donner un témoignage à un groupe de prêtres. L'aumônier a dit que les prisonniers seraient très déçus mais que de telles déceptions pour les gens qui sont en prison sont leur lot quotidien. Il demanda à Vassula de leur adresser quelques mots qu'il leur transmettrait plus tard le soir, comme une petite consolation. A la surprise de tous, Vassula se leva et promit à l'aumônier de sacrifier son seul après-midi libre pour rendre visite aux prisonniers. Ce devait être le dernier jour de son temps passé à Manille. En entendant ces nouvelles de compassion, tous montrèrent leur joie par de longs applaudissements.

 

MANDALUYONG (MANILLE)

Le lendemain, mardi 13 janvier 1998, la réunion tenue au Green Hills Theatre à Mandaluyong, faubourg de Manille, commença par une Messe à 18h30, suivie du témoignage de Vassula. La présence de Dieu était si puissante que les 1 000 personnes de l'assistance, de tous âges et de toutes classes, semblaient comme enveloppées par le Saint Esprit. L'assemblée comptait beaucoup de jeunes. Durant le témoignage de Vassula, les longues files d'attente pour les confessions semblaient sans fin. Vassula appela au repentir et proclama un Christ ressuscité, qui agit, qui est vivant et qui est toujours parmi nous. Vassula dit : le Christ Lui-Même va maintenant fracasser l'image morte que les gens se sont faits de Lui, comme s'Il gisait toujours mort dans le sépulcre, couvert de poussière depuis 2 000 ans. En fait, Il est maintenant plus vivant que jamais, frappant sans cesse à la porte de chaque coeur. Le Christ nous appelle à Lui pour que nous vivions une vie sacramentelle dans Son Eglise. Alors, Vassula nous a fait part du chagrin de Dieu et elle a appelé tous les fidèles à faire tout leur possible pour atténuer Sa colère. La rébellion dans l'Eglise contre les enseignements du Saint Père, contre les traditions de l'Eglise, et l'intention d'abolir le Sacrifice Perpétuel — qui est la Sainte Eucharistie — sont la cause de cette colère. Cet esprit d'apostasie, qui s'est instauré dans le sanctuaire-même comme une fumée, a transformé nos âmes en un désert. Vassula a dit que, lorsque Sa création se rebelle contre Lui, Dieu intervient toujours avec un appel à la conversion, promettant que ceux qui prient de tout leur coeur pour la conversion du monde, recevront une récompense pour l'éternité. Elle encouragea chacun à demander plus à Dieu et avec une plus grande foi, à être intime avec Lui, à invoquer plus le Saint Esprit. Elle nous donna une parabole d'un poisson. Vassula dit que, de même que le poisson vit dans l'océan, nous devrions vivre en nous mouvant, en respirant et vivant dans le Saint Esprit. Comme le poisson se meut, respire et vit dans l'océan, nous devons rester dans l'Esprit, sinon, comme le poisson hors de l'eau, nous nous desséchons et nous mourons puisque le Saint Esprit est le Donneur de vie et qu'il est la puissance intérieure du Corps du Christ qu'est l'Eglise. L'atmosphère de présence du Saint Esprit s'accrut tandis que la réunion de trois heures et demie se concluait par un service de guérison où Vassula et le Père Richy prièrent individuellement sur tous ceux qui étaient présents. Vassula doit bien avoir prié sur les gens, les bras étendus, durant plus d'une heure et demie sans interruption. Elle ne ressentit aucune fatigue ni douleur dans ses bras alors que, normalement, ce devrait être le cas au bout d'une dizaine de minutes. Manifestement, notre Bon Seigneur lui soutenait les bras. Beaucoup tombèrent dans le repos de l'Esprit. Il nous a été rapporté plus tard que, sur l'une des photographies prises durant le témoignage de Vassula, une colombe blanche était visible au-dessus de sa tête. C'est un signe manifeste de la Présence du Saint Esprit qui la meut, la guide et l'inspire lorsqu'elle parle de la Vraie Vie en Dieu. Cette expérience de la plénitude de la grâce de Dieu s'achevait ainsi peu après minuit. Nous eûmes très peu de temps de repos avant le rendez-vous suivant de ce dernier jour aux Philippines.

 

QUEZON (MANILLE)

Mercredi 14 janvier 1998 à 10h, nous nous rendions auprès des prisonniers, à la prison de la ville de Quezon, dans la métropole de Manille.

Sur le chemin de la prison, Vassula s'arrêta brièvement pour visiter les locaux de l'association de la Vraie Vie en Dieu des Philippines. Puis on lui demanda de signer son nom sur la paroi de la salle. Alors chacun fut témoin de la manifestation d'un Dieu plein de surprises car Jésus Lui-Même saisit la main de Vassula et signa Son Nom sur la paroi pour que chacun le voie. Plus tard, Vassula expliqua que Jésus avait saisi sa main pour signer Son propre Nom parce que le groupe de prière est le fruit de Son Oeuvre Divine, non celle de Vassula. Chacun tomba sur ses genoux, des larmes dans les yeux, témoin de la manifestation de Jésus Lui-Même, à travers Son instrument, nous permettant d'assister à ce saint moment où Il est présent et dicte. C'était certainement une grâce spéciale pour l'infatigable comité de l'association qui a effectivement montré son dévouement à la Vraie Vie en Dieu par son engagement sans repos afin d'être un hôte parfait pour Vassula et ses compagnons. L'on peut beaucoup apprendre de leur organisation, de l'union dans l'amour et de l'amour qu'ils ont montré à leurs hôtes. Jésus les a récompensés en laissant Sa Signature pour toujours avec le message suivant sur la paroi de leur bureau :

Je vous bénis tous. Moi, Jésus, Je vous aime.  I C Q U S

Nous étions tous très émus et c'est avec ce sentiment que nous nous sommes rendus à la prison de Quezon. Vassula dit que c'est la pire prison qu'elle ait jamais vue dans tous ses voyages autour du monde. A nouveau, la Miséricorde de Dieu a été montrée en invitant Son porte-parole à porter aux moins privilégiés Son message d'amour et de pardon. Les prisonniers ont été touchés par les premiers mots de Vassula qui leur dit : "Jésus Lui-Même a choisi de venir vous visiter ici en prison". Cela déclencha un tonnerre d'applaudissements. Vassula parla d'offrir quotidiennement notre volonté à Dieu afin qu'Il puisse faire Sa volonté en chacun de nous, puisque nous descendons de Lui et que nous sommes de descendance royale. Elle a partagé un message donné aux prisonniers par notre Seigneur le 10 mai 1992, où Il les invite par les mots suivants :

Viens aujourd'hui te confier à Moi, coeur à Coeur. Quel père pourrait écouter les lamentations de son enfant sans que chaque fibre de son coeur soit brisée ? Je suis votre Père Eternel, celui qui vous aime d'un Amour Eternel, et comme un père qui invite ses enfants à partager et à hériter sa propriété, ainsi Je vous appelle à être les héritiers de Mon Royaume. [...] Je connais bien ce qui est dans votre esprit mais Je ne suis pas ici pour vous accuser de vos actes ; Je suis ici aujourd'hui pour vous montrer comment la Compassion et la Tendresse ont été traitées. [...] si Je suis venu jusqu'à vous dans votre cellule, c'est à cause de l'immensité de l'Amour que J'ai pour vous. "

A ces mots, beaucoup furent émus aux larmes. Un homme, particulièrement, sanglotait comme un enfant ; il était en prison pour plusieurs meurtres. Vassula conclut par un service de guérison, priant individuellement sur chaque personne. Certains tombèrent dans le repos de l'Esprit ; d'autres pleurèrent des larmes de repentir ; une expérience de la chaleur de l'amour et de la miséricorde de Dieu. Il nous a été rapporté plus tard qu'il y eut plusieurs conversions. Puisse Dieu recevoir toute gloire pour Son geste de miséricorde et de compassion, en visitant ceux qui sont en prison...

Vassula eut à peine le temps de retourner à sa résidence pour respirer, lorsqu'elle dut donner une interview à 17h à un journaliste du "The Philippine Daily Inquirer". Vassula souligna les besoins de la prison de la ville de Quezon, appelant tous les Chrétiens du lieu à prouver leur amour pour Dieu par des actes de charité, en visitant de temps en temps Jésus en prison, cela pour suivre le second plus grand commandement : "s'aimer les uns les autres, juste comme Je vous ai aimés. C'est à votre amour les uns pour les autres que l'on vous reconnaîtra comme Mes disciples" (Jn 3.34-35). Le journaliste n'avait pas plutôt quitté Vassula qu'elle devait rencontrer l'un de ses amis nommé Gérard, pour enregistrer le rosaire en araméen, avec la musique qu'il a composée. Gérard, jeune homme talentueux, a récemment ouvert le premier "Théâtre du Rosaire" du monde, mettant en scène la vie de Jésus, offrant ainsi à son pays une forme originale d'évangélisation. Le dernier jour de Vassula à Manille me rappelait à nouveau les paroles de Jésus concernant sa mission : "tu n'auras aucun repos". A peine accompli ce projet de Gérard, demandé depuis longtemps, un autre journaliste, envoyé par "The Manila Bulletin", arrivait pour interviewer Vassula sur son apostolat mondial pour le Très-Haut, tandis qu'affluaient les amis pour dire "au revoir" à Vassula, avant qu'elle quitte les Philippines tôt le lendemain matin. Tard dans la nuit, après avoir certainement fait de son mieux pour Jésus, elle put enfin échapper à la foule et se rendait dans sa chambre pour faire ses bagages et prendre quelques heures de repos.

 

Le lendemain, jeudi 15 janvier 1998, alors que Vassula était dans le taxi l'amenant à l'aéroport, Jésus lui adressa ces paroles :

"Ne t'afflige pas. Ne savais-tu pas que Mon chemin est rude, plein de ronces et d'épines, et que très peu l'empruntent ? "

Ces paroles furent comme une brise encourageante de la bouche de Dieu à la lumière des événements de cette mission en Asie. Les difficultés, les obstacles, les souffrances, les angoisses par lesquelles l'on passe, et les pressions extraordinaires nous ont rappelé les obstacles des périples de St Paul lorsqu'il prêchait l'Evangile. La plus pénible des missions que Vassula ait connues lors de son entrée en Inde, peut être comparée au voyage de St Paul pour Rome, naviguant au milieu des tempêtes jusqu'à son naufrage devant Malte. Durant ces neuf jours de voyage, Vassula n'avait jamais fait l'expérience d'un combat par Satan tel que celui-là. Et c'est exactement comme Jésus le confirme en disant dans Son Hymne d'Amour que les temps où nous vivons sont mauvais et que "Satan observe chacun de nous et a juré d'arrêter Mon plan en l'obstruant et en utilisant de fortes oppositions. Ses menaces atteignent le ciel quotidiennement..." La manière dont il a barricadé l'entrée au Kerala nous a montré que l'Inde était vraiment précieuse aux yeux de Dieu, et qu'elle était prête à recevoir les semences du message de Dieu. De plus, la confiance inébranlable de Vassula en Dieu et sa conduite, ont montré les fruits d'avoir été réellement l'élève du Seigneur durant ces douze années passées. Persévérante dans ses épreuves, toujours confiante dans le Seigneur qui la soutient, jusqu'au commandement final de Dieu au démon de faire silence. A la fin, la victoire appartient à Dieu. Ainsi, Vassula dans sa mission d'évangéliser dans les assemblées de Dieu devait goûter une fois de plus les épreuves de ses prédécesseurs les Apôtres. Car c'est par la confrontation quotidienne aux obstacles que nous sommes menés un jour à la sanctification.

En quittant les Philippines ce 15 janvier, l'accès à l'avion nous fut d'abord refusé parce que nous n'avions pas de visa préalable d'entrée en Inde. Personne, ni l'agence de voyage ni les organisateurs, n'avait informé Vassula du besoin d'un visa préalable, et malheureusement, nous n'avions jamais évoqué dans nos conversations la question du visa. Après un rude accueil de la part du personnel de l'aéroport et une attente interminable, il nous a finalement été permis, grâce aux relations de Cécilia, d'embarquer dans l'avion.

Après un long vol de 10h depuis Manille via Hongkong, nous sommes arrivés le soir à Bombay.

Père J. - Erwin Schlacher

Suite : Vassula en Inde

ç RETOUR
Mise à jour : 14.03.98 18:00
Association La Vraie Vie en Dieu - Suisse
tlig-ch@tlig.org