VASSULA  EN  ASIE
DU 6 JANVIER AU 2 FEVRIER 1998

 

  LE  BANGLADESH

L'Asie — ce vaste continent créé par Dieu pour Sa propre gloire — a été une fois de plus comblé de grâces : Dieu a voulu répandre sur sa terre les semences de Son Hymne d'Amour. Cette fois, ce sont le Bangladesh, les Philippines et l'Inde qui ont été les contrées privilégiées vers lesquelles Dieu a envoyé Vassula porter Son message, pour demander à chacun de venir se repentir vraiment de tout son coeur, de se réconcilier avec Dieu et avec nos proches, et d'attiser en une vive flamme le don de Dieu qui nous ramène à nos sens. Car Dieu qui nous a sauvés, nous a appelés à être saints non à cause de quoi que ce soit que nous ayons fait nous-mêmes mais pour Son propre dessein et par Sa propre grâce.

Ainsi, la tournée de Vassula commençait le mardi 6 janvier 1998 par un vol de 10 heures de Londres à Dacca, via Bombay. L'avion était plein, et des passagers particulièrement bruyants nous ont tenus éveillés et ont rendu ce vol inconfortable. Ce n'était qu'un avant goût de ce que cette mission de quatre semaines exigerait en sacrifice.

 

DACCA

La tournée de Vassula en Asie en janvier 1998 est mémorable pour trois raisons : C'était la seconde fois qu'elle retournait au Bangladesh, le pays où est née la Vraie Vie en Dieu. Pour la quatrième fois, elle retournait aux Philippines, la seule nation chrétienne et la seule nation catholique en Asie. Et surtout, c'était sa première tournée en Inde, second pays du monde en population, avec près de 900 millions d'habitants, pays encore largement non évangélisé, les Chrétiens totalisant à peine 3 % de la population.

Le thème de cette visite en Asie est résumé par les paroles de St Paul au sujet du ministère des prophètes : "le son de leur voix s'est répandu dans le monde entier ; leurs paroles ont atteint les confins de la terre" (Rm 10.18).

Vassula est arrivée au Bangladesh le soir du mercredi 7 janvier 1998. C'est le jour où les Russes célèbrent la Fête de Noël. Cela a rappelé à Vassula l'importance du rôle de la Russie dans les messages de Fatima et de la Vraie Vie en Dieu. Cette fois, elle était accompagnée dans sa tournée par deux personnes : une amie orthodoxe grecque, Georgia Braun, qui lui a apporté une aide précieuse tout au long de son périple, et Erwin Schlacher, Catholique, travaillant pour la Vraie Vie en Dieu en Israël. Il avait emporté une caméra afin que soit conservé un enregistrement visuel de cette tournée.

A l'aéroport, ils étaient accueillis par Carole Chamberlain, qui avait organisé leur séjour. Carole est engagée dans la Vraie Vie en Dieu depuis son arrivée à Dacca en 1993. Le Père J., P.I.M.E., du Grand Séminaire National du Bangladesh, à Dacca, était également présent pour les accueillir à l'aéroport. Après un bref arrêt pour déposer leurs bagages dans leurs chambres, ils se rendirent directement à la chapelle du séminaire pour la Messe. C'est à cet endroit que Vassula avait l'habitude d'assister à la Messe dès le début de la Vraie Vie en Dieu.

 

Le vendredi 9 janvier 1998, nous avons commencé la journée par la Messe, concélébrée à la chapelle du séminaire par le Père J. et le Père Bernard Palma, doyen du séminaire. Le Père Bernard fait partie de ceux qui se souviennent de Vassula aux tout premiers jours de la Vraie Vie en Dieu.

Après avoir soupé tôt ce soir-là, nous sommes partis pour la réunion en l'Eglise Ste Christina qui est administrée par les pères du P.I.M.E. En 1997, le Cardinal Ratzinger a rassuré les Evêques brésiliens qui soutiennent Vassula, leur disant qu'ils pouvaient continuer dans ce sens comme auparavant. A la lumière de cette déclaration, il paraît clair qu'aucune restriction ne s'applique à la mission de Vassula.

Le Père Arturo Speziale avait accepté avec enthousiasme la proposition du Père J. de tenir la réunion dans l'église, considérant cela comme une grande grâce pour la paroisse : "Béni soit celui (celle) qui vient au nom du Seigneur" (Mt 21.9).

Les livres et cassettes tant en bengali qu'en anglais étaient disponibles à l'entrée. De nombreux prêtres assistaient également à la réunion. Le recteur du Grand Séminaire National, le Père Francis Sima, assura ce soir-là la traduction simultanée, lui qui connaît bien les messages pour avoir supervisé la traduction des trois premiers tomes en bengali.

Après les présentations par le Père Arturo et le Père J., Vassula s'adressa à la foule. Dans tous ses témoignages, Vassula a toujours souligné qu'elle n'a pas mérité toutes ces grâces. Toutefois, par la grâce de Dieu, elle a été amenée à une totale offrande d'elle-même. Comme elle l'avait dit : " Seigneur, je ne fais que Te suivre et mon âme est en paix, comme un enfant avec sa mère, Te faisant entièrement confiance et, comme un enfant, je veux T’obéir. " (21 juin 1988)

Après un rappel du début de la Vraie Vie en Dieu, Vassula a beaucoup parlé de la venue du Saint Esprit et de la Seconde Pentecôte. Il en fut de même pour les réunions suivantes tout au long de sa tournée en Asie. Comme l'ont dit les prophètes : "Je mettrai Mes Lois dans leur coeur et Je les graverai dans leur pensée" (Héb 10.16). Ce thème est lié à celui de la purification. Vassula rappela à ses auditeurs que toute l'humanité subira une purification spirituelle, qui maintenant est imminente. Pour nous y préparer, nous devons être réconciliés non seulement au niveau de l'unité des Chrétiens mais également tout spécialement au niveau de base de la société, la famille. "Heureux ceux qui oeuvrent pour la paix, Dieu les appellera Ses enfants" (Mt 5.9).

La réunion fut interrompue par une coupure de courant mais cela survient si régulièrement que l'organisation en avait tenu compte, et qu'un amplificateur portable avait été prévu, ce qui permit à Vassula de continuer son témoignage. La réunion se termina par la consécration aux Deux Coeurs (21 septembre 1993), reproduite dans le livret de prière de la Vraie Vie en Dieu. Puis, comme Jésus le lui a demandé, Vassula bénit la foule avec sa croix contenant une relique de la Vraie Croix. "Le message de la mort du Christ sur la Croix est folie pour ceux qui doivent se perdre mais pour nous qui voulons être sauvés, il est puissance de Dieu" (1 Co 1.18). A cause de la panne d'électricité, il est difficile de dire combien sont tombés dans le repos de l'esprit.

Bien que ce ne soit pas au programme, Vassula resta ensuite pour bénir patiemment chacun de ceux qui se sont approchés, très nombreux, de toutes nationalités, notamment des Philippins. Cette diversité de nationalités contribuait à l'atmosphère de préparation à la Nouvelle Pentecôte : "Lorsque vint le jour de la Pentecôte, tous les croyants étaient rassemblés en un même lieu [...] des hommes pieux étaient venus de toutes les nations du monde" (Ac 2.l.5).

Au Bangladesh, les Chrétiens sont à peine 3 pour mille d'une population comptant 85 % de Musulmans. Ainsi, à l'heure actuelle, 1 % des Catholiques a acheté un volume de la Vraie Vie en Dieu, qui coûte environ la moitié du revenu journalier moyen de cette nation pauvre. Cela est d'autant plus remarquable que le taux d'alphabétisation n'est que d'environ 30 %. "Il a comblé de bonnes choses les affamés" (Lc 1.53).

Pour être précis, l'on peut dire qu'au Bangladesh, Vassula est plus largement lue et mieux connue que tous les autres voyants contemporains réunis.

Les évêques locaux ont évité toute publicité négative contre Vassula durant la récente période de polémique, et Prodipon, le seul magazine catholique, a récemment publié un article prenant résolument la défense de Vassula.

La publication imminente du tome III galvanisera heureusement le clergé, resté jusqu'à maintenant en périphérie. Dans de nombreux pays, la résistance à prendre au sérieux les messages tels que ceux de Vassula est sans aucun doute encore un exemple de ce qu'entendait St Paul lorsqu'il parlait ainsi des prophètes :

"Nous ne parlons pas avec des mots enseignés par la sagesse humaine mais avec des paroles enseignées par l'Esprit, alors que nous expliquons les vérités spirituelles à ceux qui ont l'Esprit. Celui qui n'a pas l'Esprit ne peut pas recevoir les dons qui viennent de l'Esprit de Dieu. Une telle personne ne les comprend pas. Ils sont pour lui une folie parce que leur valeur ne peut être évaluée que sur une base spirituelle. Celui qui a l'Esprit toutefois est capable de juger la valeur de tout, mais nul n'est capable de le juger. Comme le dit l'Ecriture : ‘Qui a connu la pensée du Seigneur ? Qui est capable de lui donner conseil ?’ Nous, toutefois, nous avons la pensée du Christ" (1 Co 2.13-15).

Le lendemain matin, samedi 10 janvier, nous partions à 5h 45 pour l'aéroport pour nous rendre à Manille via Singapour. A nouveau, ce fut Carole Chamberlain qui nous conduisit. Dans notre fatigue, nous pouvions méditer les paroles de l'Ecriture : "Tout cela, je le fais à cause de l'Evangile, afin de partager ses bénédictions" (1 Co 9.23).

Ce samedi 10 janvier 1998, notre avion décollait de Dacca à 7h 30. Après un long vol avec escale de trois heures à Singapour, nous avons débarqué à Manille à 20h.

Père J. - Erwin Schlacher

Suite : Vassula aux Philippines

ç RETOUR
Mise à jour : 14.03.98 18:00
Association La Vraie Vie en Dieu - Suisse
tlig-ch@tlig.org