Pèlerinage international inter-religieux 2002
de
La Vraie Vie en Dieu
 
sur les pas de la Sainte Famille en Terre d'Egypte
du 21 au 30 octobre 2002

Avec l'aimable autorisation de l'Eglise Orthodoxe Copte d'Egypte ©

Vassula, J'ai amené ta famille tout entière hors du bienheureux pays d'Egypte, là où jusqu'à ce jour, le parfum de Mon Fils, de Sa Mère et de Joseph le Juste, s'élève encore de cette terre jusqu'au ciel. (12.02.2000)

Hors de la terre d'Egypte, J'ai suscité des prophètes et des saints ; une bénédiction sur la terre d'Egypte : puisse son feuillage rester vert et puissent les arbres qui poussent au bord du Nil prospérer et continuer à produire leur fruit pour nourrir son peuple ; un glorieux trône fut érigé en chaque endroit où la Vierge Marie Ma Mère, Joseph le Juste et Moi-Même avons passé. "Egypte, Nous avons foulé ton sol et l'encens s'élevait au ciel tandis que nous passions ; n'as-tu pas lu dans l'Ecriture : "Des Ambassadeurs viendront d'Egypte" (Ps 68.32) ; alors, ne savais-tu pas que Je t'ai ointe également ? Rien moins que la hauteur du ciel au-dessus de la terre est la grandeur de Mon Amour pour toi ; puisse ton sol continuer à produire de la nourriture et te garder joyeuse." (16.10.2000)

 

Le 21 octobre 2002 s'ouvrait au Caire le rassemblement-pèlerinage international 2002 de La Vraie Vie en Dieu sur les pas de la Sainte Famille en Terre d'Egypte, qui réunissait, venus de 44 pays *, 288 pèlerins de nombreuses confessions chrétiennes, ainsi que plusieurs Bouddhistes dont la présence donnait au pèlerinage un caractère véritablement inter-religieux.
Ce rassemblement-pèlerinage est le fruit de l'infatigable dévouement d'organisateurs bénévoles durant plusieurs mois, dont le travail a permis à l'ensemble des participants de trouver place dans le même hôtel dans la plupart des lieux de pèlerinage, au Caire d'abord, puis à Sainte Catherine au pied de la Montagne de Moïse au coeur du désert du Sinaï, puis au bord de la Mer Rouge, puis à Louxor (patrie de Saint Maurice  * ), et pour terminer, à nouveau au Caire.

 

photo © chrétiens Magazine
Vassula reçue par Sa Sainteté le Pape Copte Chénouda III le 30 octobre 2002 (photo © chrétiens Magazine)
  Un des moments forts de ce pèlerinage fut l'audience accordée par Sa Sainteté le Pape Copte-Orthodoxe Chénouda III aux pèlerins de La Vraie Vie en Dieu en la Cathédrale Saint Marc, le dernier soir du pèlerinage.

 

Le pèlerinage commença le mardi 22 octobre 2002 à 10h en l'église du Monastère Grec-Orthodoxe St Georges, dans le Vieux Caire, avec la célébration de la Divine Liturgie par Mgr Theophilaktos, Evêque de Babylone. Tous les participants au pèlerinage de La Vraie Vie en Dieu furent admis à la Sainte Communion.

Au terme de la Divine Liturgie, Mgr Theophilaktos adressa aux participants une allocution * de bienvenue en Egypte de la part de Sa Sainteté Pierre VII, Patriache Grec-Orthodoxe d'Alexandrie, d'Egypte et de toute l'Afrique.

Nous avons ensuite visité le Sanctuaire des Chaînes de St Georges, dans l'enceinte du Monastère, érigé sur les lieux du début du martyre de St Georges.

  photo © Touregypt
L'église du Monastère Grec-Orthodoxe St Georges
(photo © Touregypt)

Le pèlerinage se poursuivit par la visite de l'église Saint Serge (Abu Serga), la plus ancienne église d'Egypte. Sa crypte, où séjourna la Sainte Famille à son retour de Haute-Egypte, avant de se rendre en Galilée, fut le lieu de culte des premiers Egyptiens convertis qui suivaient St Marc l'évangéliste. L'église érigée sur ce lieu saint, dédiée aux saints soldats-martyrs Serge et Bacchus (4e siècle) fut restaurée en 1171 sous le règne de Saladin, et comporte trois nefs séparées par douze colonnes. Traditionnellement, les Patriarches venaient y célébrer.

Après cette visite, au retour à l'hôtel, Vassula adressa aux pèlerins une allocution * de bienvenue.
Cette réunion d'ouverture débutait par une procession d'entrée solennelle de la cinquantaine de membres du clergé participant au pèlerinage.

Après le coucher du soleil, le groupe des pèlerins au complet embarquait sur un bateau-mouche pour voir le Caire depuis le Nil.

 

Le lendemain mercredi 23 octobre 2002, le groupe des pèlerins se rendait sur le plateau de Gizeh pour voir les Pyramides. Puis il y eut une visite d'un atelier de fabrication du papyrus selon le procédé millénaire.

Nous avons ensuite pris la route pour Mara, première étape sur la route du désert du Sinaï. C'est à Mara que se trouve la source dont Moïse transforma l'eau amère en eau douce (Ex 15.22-23). Puis nous avons continué vers Elim, où Moïse trouva douze puits et soixante-dix palmiers (Ex 15.27). C'est là que le peuple juif murmura contre Moïse d'être emmené dans le désert, loin du pays du lait et du miel. Nous avons ensuite passé par Réphidim (Ex 17.1), également appelée Oasis Ferran ; c'est là que Moïse frappa le rocher et en fit jaillir de l'eau.

Fin octobre, le soleil se couche plus tôt et la nuit tombe vite ; comme nous étions pratiquement à la pleine lune, les montagnes du Sinaï - l'Horeb - offraient, tout au long de la route, un spectacle magnifique sous un éclairage irréel. Le soir, dès l'arrivée près du Monastère Grec-Orthodoxe de Sainte Catherine, au pied de la Montagne de Moïse, nous avons pu célébrer la Sainte Messe sous une tente.

Le sommet de la Montagne de Moïse, dont l'ascension est une randonnée d'environ trois heures, offre une vue spectaculaire sur les montagnes du Sinaï. Des bédouins y louent leurs dromadaires pour amener non loin du sommet ceux qui ont de la difficulté à faire l'ascension à pied.

Jeudi 24 octobre 2002, le ciel était limpide et, dans la montagne baignée de la lumière étrange du clair de lune (qui rendait superflues les lampes-torches), de nombreux pèlerins se sont mis en route vers deux heures du matin pour assister au lever du soleil depuis le sommet, où est érigée une chapelle consacrée à la Très Sainte Trinité. Selon la tradition, c'est là que Moïse reçut en dictée les Dix Commandements (Ex 20.2-17 ; Dt 5.6-21) et les grava sur des tables de pierre.
Les grimpeurs étaient de retour de la montagne vers 9h.

  photo © Touregypt
La chapelle de la Très Sainte Trinité, au sommet de la Montagne de Moïse,
au milieu du désert du Sinaï
(photo © Touregypt)

Les pèlerins furent admis à visiter le monastère Grec-Orthodoxe de Sainte Catherine, situé près d'un col, au pied de la Montagne de Moïse.
C'est dans ce monastère qu'est ensevelie Sainte Catherine d'Alexandrie, vierge et martyre (3e siècle - début du 4e siècle).
Dans l'enceinte du monastère, se trouve un buisson vénérable, protégé par un treillis et honoré d'une chapelle ; c'est le Buisson ardent de l'Horeb, la montagne de Dieu (Ex 3.1-5 ; Lc 20.37 ; Mc 12.26) où Il S'est manifesté à Moïse et lui a révélé Son Nom : Je Suis (Ex 3.13-14).
La bibliothèque du monastère Sainte Catherine, l'une des plus riches, possède de très nombreux manuscrits antiques inestimables.
Le monastère possède également une remarquable collection d'icônes antiques des plus précieuses.

photo © Caroline Cloix
Monastère Grec-Orthodoxe de Sainte Catherine, au pied de la Montagne de Moïse
(photo © Caroline Cloix, 24.10.2002)

Après la visite du Monastère de Sainte Catherine, le groupe des pèlerins fut admis à célébrer la Divine Liturgie, concélébrée en plein air dans le jardin du Monastère Sainte Catherine. Du fait que cette célébration avait lieu en plein air, les pèlerins ont eu le privilège rare et précieux - la grâce - de voir ce qui, traditionellement, se déroule loin des regards profanes, derrière l'iconostase ; c'est ainsi qu'ils ont pu assister aux gestes sacrés des prêtres orthodoxes durant la Liturgie de la Sainte Eucharistie, gestes qui, dans la succession apostolique, se perpétuent depuis le début de l'Eglise. Chacun put recevoir la Sainte Communion.

Je donne aux uns et aux autres une leçon :
Je leur enseigne comment ils doivent s'unir et à quoi ressemblera l'unité.
L'unité ne consiste pas à vous différencier sous Mon Saint Nom ;
l'unité consiste à partager la Sainte Communion
en croyant en Ma Présence Réelle dans la Sainte Eucharistie.
L'unité, c'est vous donner vos richesses les uns aux autres.
(Jésus, 13.04.1991)

Après la Divine Liturgie, dans le recueillement, encore tout impressionnés de ce que nous venions de vivre, nous reprenions la route du désert en direction de Sharm-El-Sheikh, à la pointe sud du Sinaï, au bord de la Mer Rouge, où nous arrivions vers 20h.

 

La journée du vendredi 25 octobre 2002 était pour les pèlerins une journée de repos au bord de la Mer Rouge, après les longues heures de route dans le désert.
En fin d'après-midi, ils se retrouvaient pour une réunion d'échange entre amis de La Vraie Vie en Dieu, durant laquelle Vassula donna aux participants un témoignage *.

 

Le samedi 26 octobre 2002, le groupe des pèlerins prenait l'avion de Sharm-el-Sheikh pour un vol de 300 km jusqu'à Louxor, en Haute-Egypte.
La région de Louxor, vaste plaine fertile bordée de montagnes et coupée par le Nil, est celle de l'antique ville de Thèbes, patrie de Saint Maurice et de ses compagnons *.

 

Le lendemain dimanche 27 octobre 2002, le groupe des pèlerins visitait le matin la Vallée des Rois, sur la rive Ouest du Nil, puis, l'après midi, sur la Rive Est, les Temples de Karnak et de Louxor, lesquels servirent jadis d'église aux premiers Chrétiens d'Egypte.
En fin d'après-midi, les pèlerins participaient à la Sainte Messe à Louxor.

 

Le lundi 28 octobre 2002, le groupe des pèlerins, escorté par la police du tourisme et un détachement de sécurité militaire, quittait Louxor pour descendre la fertile Vallée du Nil dont les cultures nourrissent toute la population d'Egypte grâce à d'innombrables canaux d'irrigation et au travail opiniâtre des infatigables cultivateurs égyptiens. Partout nous faisaient des signes, des gens au visage souriant conduisant des troupeaux de chèvres, des buffles d'eau, des ânes ou des dromadaires.

Près d'Assiout, à 330 km au sud du Caire, nous nous sommes arrêtés au Monastère Copte-Orthodoxe de la Sainte Vierge Marie El Moharrag. Ce monastère situé au centre de l'Egypte est considéré comme la réalisation de la prophétie d'Isaïe : "il y aura un autel consacré à Yahvé au milieu du Pays d'Egypte" (Is 19.19). Le nom de "El Moharrag" signifie "la Brûlure", en mémoire de l'incendie du Monastère, au Moyen-Age, lors d'une invasion étrangère. Selon la tradition, la Sainte Famille a voyagé par bateau sur le Nil de Ma'adi jusqu'au village de Qousquam (al Qusia), en Haute Egypte, où elle est restée six mois, vivant dans une grotte au pied du Mont Qousquam. Le monastère El Moharrag est érigé sur ce lieu-même où a vécu la Sainte Famille. C'est là également que l'ange du Seigneur apparut en songe à Joseph pour lui dire : "Lève-toi, prends l'Enfant et Sa Mère et retourne dans la terre d'Israël ; car ils sont morts, ceux qui en voulaient à la vie de l'Enfant" (Matt 2.20-21).

photo © Eglise Orthodoxe Copte
Monastère de la Sainte Vierge Marie El Moharrag, à Assiout, en Haute Egypte (photo © Eglise Orthodoxe Copte)

Le monastère de la Sainte Vierge Marie El Moharrag conserve plusieurs reliques, notamment de Saint Maurice *.
Le groupe des pèlerins fut autorisé à célébrer la Sainte Messe dans la chapelle des moines du Monastère, ce dont nous sommes reconnaissants au Monastère, et nous le remercions pour la charité chrétienne de son hospitalité oecuménique.
Après la Sainte Messe, le groupe des pèlerins reprenait la route pour se rendre au Caire, toujours escorté par la police et le détachement militaire; tout le long du trajet, l'avant-garde de l'escorte libérait pour nous chaque carrefour et, sur notre passage, la population nous adressait de fréquents signes d'amitié. Nous avons appris que cette opération d'escorte et de protection de nos cars depuis Louxor jusqu'au Caire avait été nommée par les militaires "Opération Sainte Famille" ! Nous tenons à remercier le Gouvernement Egyptien pour la compétence et le dévouement du détachement affecté à notre escorte.
C'est très tard dans la nuit que nous arrivions finalement au Caire.

 

Le mardi 29 octobre 2002, les pèlerins étaient réunis pour la Sainte Messe dans une église Copte-catholique dédiée à Ste Marie. Nous avons vécu un moment particulièrement émouvant lors de la Prière Universelle, où chacun put énoncer, dans sa langue, une intention de prière.

courtesy © zeitun-eg.org   Nous avons ensuite visité l'église de la Sainte Vierge Marie de Zeitoun, érigée à l'endroit où demeura jadis la Sainte Famille.

C'est sur le dôme de cette église qu'ont eu lieu les célèbres apparitions de la Vierge Marie, du 2 avril 1968 au 29 mai 1971. Lorsque le Pape Chénouda III rencontra le Pape Paul VI au Vatican en mai 1973, il lui parla longuement de ces apparitions spectaculaires dont ont été témoins des millions de Cairotes, tant Musulmans que Chrétiens. Bienheureux Pape Chénouda III, qui s'est tant dépensé pour faire connaître les apparitions de Zeitoun !

Puis, nous avons visité le sanctuaire de Mattariya, lieu de résidence de la Sainte Famille au Caire.
C'est là que se trouve la source qui abreuva la Sainte Famille, et l'arbre de la Vierge Marie, un baumier millénnaire, actuellement ramifié en plusieurs troncs.

 

Le mercredi 30 octobre 2002, le groupe des pèlerins participaient à la Sainte Messe à 10h00 en l'église St Joseph à Zamalek.

Nous nous somme rendus ensuite au Sanctuaire de Ma'adi. Le nom de Ma'adi ("Traversée") rappelle qu'il y avait un bac à cet endroit.   Après son séjour dans le Vieux-Caire, la Sainte Famille séjourna également à Ma'adi. C'est là qu'elle embarqua pour remonter le Nil jusqu'en Haute Egypte.   L'église de Ma'adi, érigée sur le lieu de son embarquement et dédiée à la Vierge Marie, est appelée ‘Al Adaweya’ c'est-à-dire l'église "du Bac".   Depuis le parvis de l'église, on accède à l'escalier de pierre qu'emprunta la Sainte Famille pour embarquer sur le Nil.

Un événement miraculeux s'est produit récemment à cet endroit le vendredi 3 du mois de Baramhat dans le calendrier Copte, c'est-à-dire le 12 mars 1976 : Une Bible de provenance inconnue a été déposée par le courant du Nil sur le rivage devant l'église. La Bible était ouverte au Livre d'Isaïe, à la page où il est écrit: ‘Béni soit l'Egypte Mon peuple’ (Is 19.25). Cette Bible est actuellement pieusement conservée dans l'église, exposée sous custode vitrée dans la chapelle de la Vierge Marie. Le Sanctuaire ‘Al Adaweya’ de Ma'adi est aussi appelé depuis Sanctuaire de la ‘Bible Flottante’.

  photo © Isabelle Gay
La Bible trouvée flottant sur le Nil
(photo © Isabelle Gay, 29.10.2002)

Vassula tenait beaucoup à ce qu'avant leur départ, les pèlerins vivent une expérience personnelle du contact avec la population du Caire, réputée pour sa gentillesse. C'est ainsi que tous se retrouvèrent au Vieux Caire dans le quartier de Khan el Khalili, le plus grand bazar du Proche Orient, où d'innombrables charettes débordant de bonnes choses se fraient un passage à travers une foule compacte, et où les interminables ruelles étroites et tortueuses sentent bon le pain chaud, les épices et l'ambre gris.

De Khan el Khalili, le groupe des pèlerins se rendait ensuite en la Cathédrale Copte-Orthodoxe de Saint Marc, pour assister à l'audience générale de Sa Sainteté le Pape Abba Chénouda III. Invité et attendu par l'Eglise Copte, le groupe des pèlerins de La Vraie Vie en Dieu eut l'honneur d'être placé aux premières rangées de bancs de la Cathédrale, qui lui avaient été spécialement réservées.
Patriarche de la Prédication de St Marc et 117e Pape d'Alexandrie, Sa Sainteté Chénouda III, qui a accédé au pontificat en novembre 1971, est successeur de l'Apôtre St Marc. Il est reconnu le plus éminent Docteur et Théologien de l'histoire récente de l'Eglise Copte.
Son entrée fut saluée par des applaudissements nourris. L'audience, retransmise en direct par la Télévision Egyptienne et relayée dans la cathédrale sur grand écran, débuta par le dépouillement des questions posées par écrit par les fidèles à S. S. Chénouda III ; il prenait connaissance de chaque papier un à un et répondait à chaque question avec générosité et humour. Puis chacun des membres du clergé participant au pèlerinage de La Vraie Vie en Dieu lui fut présenté et reçut sa bénédiction, ainsi que Vassula, pendant que la chorale de la communauté Copte du Caire chantait des hymnes traditionnels. Puis les pèlerins de La Vraie Vie en Dieu furent invités à chanter à leur tour, toujours devant les cameras de la Télévision Egyptienne ; ils entonnèrent alors l'hymne polyphonique "Maranatha, alleluia", qui fut accueilli par une ovation de la part de la communauté Copte, et longuement applaudi. Au terme de l'audience, l'assemblée reçut la bénédiction générale de S. S. Chénouda III.

photo © chrétiens Magazine   Au retour à l'hôtel au terme de leur pèlerinage sur les pas de la Sainte Famille dans sa fuite en en Egypte, les participants se réunissaient pour se dire au revoir et Vassula leur adressa un dernier témoignage *.

 

 

Le jeudi 31 octobre 2002, après un dernier au revoir, les participants se rendaient par groupes à l'aéroport du Caire pour rejoindre leurs différents pays, où vont se multiplier les fruits de leur riche et inoubliable expérience religieuse et mystique en Terre Sainte d'Egypte.

 

   
 

 

Avec l'aimable collaboration de Jean-Marie Charpentier, Pablo Cuomo et Isabelle Gay

Lucien Lombard

 

ç RETOUR A LA PAGE PRECEDENTE
Mise en page : 02-11-25 23:25
Mise à jour : 05-10-22 18:21
Association La Vraie Vie en Dieu - Suisse
tlig-ch@tlig.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Provenance des pèlerins :

Afrique du Sud
Allemagne
Angleterre
Argentine
Arménie
Australie
Bangladesh
Belgique
Benin
Brésil
Canada
Chili
Colombie
Croatie
Danemark
Ecosse
Egypte
Espagne
Etats-Unis
France
Gibraltar
Grèce
Hollande
Ile Maurice
Inde
Irlande
Israël
Italie
Japon
Liban
Mexique
Monaco
Panama
Papoua-Nouvelle-Guinée
Pérou
Philippines
Puerto Rico
Roumanie
Sri Lanka
Suède
Suisse
Uruguay
Venezuela
Zambie