L'œuvre de Vassula, La Vraie Vie en Dieu,
est revêtue du Nihil Obstat et de l'Imprimatur
par le Magistère de l'Église catholique romaine
depuis le 28 novembre 2005

     

On entend parfois dire – à tort –
    • que les écrits de Vassula seraient de l’écriture automatique et relèveraient donc d’une pratique spirite ;
    • que le Nihil Obstat et l'Imprimatur dont son œuvre La Vraie Vie en Dieu est revêtue n'ont aucune valeur ;
    • que Vassula est excommuniée par sa propre Église orthodoxe.

À vrai dire, toutes ces affirmations sont fausses et relèvent simplement de l’ignorance.

Commençons par l’accusation d’écriture automatique, procédé spirite.
Cette hypothèse, vieille de plus de 30 ans, ne résiste à aucun examen sérieux.
En effet, les nombreux graphologues professionnels et spécialistes de la mystique chrétienne qui se sont sérieusement penchés entre-temps sur l’œuvre manuscrite de Vassula sont formels :
La Vraie Vie en Dieu ne relève nullement de l’écriture automatique, et encore moins du spiritisme.

D’ailleurs, le Vatican n’a jamais accusé Vassula d’«écriture automatique» ni de «spiritisme».
Au contraire, Vassula est l’objet de grands égards de la part du Vatican.
De nombreux évêques, archevêques et cardinaux ont apporté leur soutien à Vassula et à son œuvre.

En 2002, le Vatican a engagé avec Vassula un dialogue approfondi au sujet de son œuvre La Vraie Vie en Dieu.
Le Cardinal Joseph Ratzinger, qui était alors le Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a désigné, pour mener ce dialogue, le théologien le plus réputé dont il disposait, le père Propero Grech, professeur de théologie dans plusieurs universités pontificales romaines et consulteur de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Il a entre-temps été nommé Cardinal.

Le père Propero Grech a analysé toute l’œuvre La Vraie Vie en Dieu, et l’une des premières choses qu’il a faites a été de rencontrer Vassula personnellement à plusieurs reprises - chose qu’aucun des opposants à Vassula n’a jamais faite !

Le Vatican a également invité les conférences des évêques de tous les pays du monde à s’exprimer au sujet de Vassula et de son œuvre La Vraie Vie en Dieu.
Cinq pays ont répondu à cet appel du Vatican : la France, la Suisse, le Canada, l’Uruguay et les Philippines.

Le 4 avril 2002, à partir de ces réponses, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi du Vatican a posé par écrit cinq questions à Vassula.
Le 26 juin 2002, Vassula répondait par écrit à chacune de ces cinq questions qui lui étaient posées par le Vatican.

La Congrégation pour la Doctrine de la Foi du Vatican a ensuite longuement ré-étudié La Vraie Vie en Dieu durant deux ans à la lumière des cinq réponses de Vassula.
Le 10 juillet 2004, le Cardinal Ratzinger a écrit aux conférences des évêques de France, de Suisse, du Canada, d’Uruguay et des Philippines pour les informer qu’après la Notification «a eu lieu un dialogue approfondi en conclusion duquel ladite Vassula Rydén, par lettre du 4 avril 2002, publiée ensuite dans le dernier volume de «La Vraie Vie en Dieu», a fourni d’utiles clarifications concernant sa situation matrimoniale ainsi qu’au sujet de certaines difficultés qui, dans ladite Notification, avaient été avancées à l’égard de ses écrits et de sa participation aux sacrements».

Après des années de procédure, le Cardinal Ratzinger, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, a finalement convoqué Vassula en audience au Vatican le 22 novembre 2004 pour lui exprimer sa satisfaction quant à ses réponses aux questions de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

Vatican, 22 novembre 2004

La satisfaction exprimée par le Cardinal Ratzinger signifie qu’aucune erreur théologique n’a été trouvée dans l’œuvre de Vassula La Vraie Vie en Dieu et qu’il n’y a donc aucun obstacle à lire cette œuvre.
Par définition, cela constituait de facto de la part du Cardinal Ratzinger, Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi du Vatican, un Nihil Obstat verbal.

Le Cardinal Ratzinger a demandé à Vassula que le dialogue, c’est-à-dire les 5 questions du Vatican et les réponses de Vassula, soit dorénavant imprimé dans toutes les éditions de La Vraie Vie en Dieu, ce qui a été fait.
L’autorisation d’imprimer l’œuvre La Vraie Vie en Dieu conjointement avec le dialogue avec la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, constituait de facto, de la part du Cardinal Ratzinger, Préfet de cette Congrégation, un Imprimatur, par définition également.

Le Nihil Obstat a été formellement confirmé un an plus tard, le 28 novembre 2005 par Mgr Felix Toppo, évêque, qui a personnellement étudié et lu plusieurs fois La Vraie Vie en Dieu, d’après le manuscrit original en anglais.

Mgr Felix Toppo n’est pas n’importe qui. Il est l’évêque du grand diocèse de Jamshedpur, métropole de l’État du Jharkhand, en Inde, où les chrétiens sont minoritaires. Mgr Felix Toppo est responsable de dizaines de milliers de fidèles catholiques, dont 170 prêtres et 470 religieux et religieuses. Dans de telles conditions, pour le clergé catholique, une haute compétence théologique est essentielle. C’est le cas de Mgr Felix Toppo qui, en plus d’être évêque, est également Censor Librorum (censeur des publications), c’est-à-dire qu’il a le pouvoir officiel de délivrer le Nihil Obstat au nom de l’Église catholique romaine.

L’Imprimatur a été formellement confirmé le 28 novembre 2005 par Mgr Ramon Cabrera Argüelles, archevêque de Lipa, aux Philippines, qui a également longuement étudié La Vraie Vie en Dieu dans l’original en anglais.
Mgr Ramon Argüelles n’est pas n’importe qui non plus. Avant de prendre tout récemment sa retraite, il était l’archevêque d’un vaste archidiocèse de plus de deux millions de fidèles catholiques dont 230 prêtres et 460 religieux et religieuses. Il avait également la charge de l'Ordinariat Militaire des Philippines, et était donc également l’aumônier général de toutes les forces armées des Philippines. Il était donc à la tête de tous les aumôniers militaires de l’armée de terre, de la marine, de l’aviation et de la gendarmerie, ce qui exige, dans un pays victime du terrorisme islamique, un caractère bien trempé. Homme de haute spiritualité, il a cependant les pieds sur terre et n’est nullement un doux rêveur.

Dès lors que La Vraie Vie en Dieu est revêtue du Nihil Obstat et de l'Imprimatur au nom de l’Église catholique romaine, cela signifie que cette œuvre est déclarée exempte d’erreur théologique par l’Église catholique, et cette déclaration fait autorité pour le monde entier (y compris chez nous).

Dès lors que l’œuvre de Vassula La Vraie Vie en Dieu est désormais revêtue du Nihil Obstat et de l'Imprimatur, cela renverse l’orientation de la prudence.
La prudence est une vertu. Si l’on veut être prudent avec l’œuvre de Vassula La Vraie Vie en Dieu, alors,
• la véritable prudence consiste maintenant à se garder de toute critique de cette œuvre, car une telle critique revient  à s’opposer à un jugement du Magistère de l’Église ;
• la véritable prudence consiste dès lors à s’abstenir de mettre en garde les fidèles contre cette œuvre, c’est-à-dire à s’abstenir de dissuader les fidèles de la lire et de la mettre en pratique.
Au contraire, il est désormais légitime d’encourager à la lire !

Celui qui dissuaderait maintenant un fidèle de lire l’œuvre de Vassula La Vraie Vie en Dieu se trouve directement désigné par cette parole de Jésus dans l’Évangile de Saint Luc 11.52 :

"Malheur à vous, légistes, parce que vous avez enlevé la clé de la science ;
vous-mêmes n'êtes pas entrés,
et ceux qui voulaient entrer, vous les en avez empêchés..."

-------------------------

Une autre contre-vérité qui a circulé – et qui malheureusement circule encore – est que Vassula aurait été excommuniée par l’Église orthodoxe.
C’est faux.
Voici ce qu’il en est réellement :
Du fait que l’œuvre La Vraie Vie en Dieu est conforme à la doctrine catholique (ce que confirment le Nihil Obstat et l’Imprimatur), et prend résolument la défense du Pape, le Patriarcat orthodoxe de Constantinople a publié, le 16 mars 2011, en grec classique, une mise en garde non pas contre Vassula mais contre l’œuvre La Vraie Vie en Dieu.
Cette mise en garde par le Patriarcat orthodoxe de Constantinople contre l’œuvre La Vraie Vie en Dieu résulte du fait qu’elle contient une doctrine que les orthodoxes jugent trop «catholique», et qu’elle prend courageusement la défense du Pape.
C’est cela que ne peut admettre le Patriarcat orthodoxe de Constantinople.

Donc, contrairement à ce qu’affirment certains détracteurs de Vassula (qui n’ont pas su lire le grec classique), Vassula n’est nullement excommuniée.
Il est dès lors particulièrement retors, de la part de certains catholiques, d’utiliser contre Vassula la mise en garde du Patriarcat orthodoxe de Constantinople, puisque cette mise en garde résulte précisément du fait que Vassula prend courageusement la défense du Pape et enseigne une doctrine jugée saine par l’Église catholique, ce que ne peut admettre le Patriarcat orthodoxe de Constantinople.

 

Lucien Lombard, 13 mars 2018
 

 

 

RETOUR  A  LA  PAGE  PRECEDENTE
Mise en page :

2018-05-01 13:20

Association La Vraie Vie en Dieu - Suisse
tlig-ch@tlig.org